Écrits d'un possédé des mots

Par 26 mai 2020 à 09:34

J'apprends la mort de Marcel Moreau samedi 4 avril. Il avait 86 ans. Décédé du fameux virus. J'en suis émue. Ma découverte de cet écrivain remonte à une lecture de Denis Lavant il y a 15 ans environ à Lausanne. Tables renversées, verres cassés, éructations venues des abîmes. Révélation d'un écrivain possédé par les mots, révolté perpétuel. Une prose incandescente qui vous laisse sur le carreau comme hébété. On est dans la chair, dans les profondeurs abyssales de ses tripes à travers plus de 60 livres. Simone de Beauvoir, Anaïs Nin, Roland Topor, Jean Dubuffet ou Pierre Alechinsky l'ont soutenu mais cette figure d'ogre de Marcel Moreau l'a tenu à l'écart des milieux littéraires et médiatiques qu'il fuyait. Le seul livre présent sur cette plateforme contient dès la page 153, le texte "Donc!" que j'avais entendu ce fameux soir et qui reste encore très vivant dans ma mémoire.

Patricia, bibliothécaire site Riponne