En prison, paroles de djihadistes

À la suite des attentats parisiens de 2015, une nouvelle catégorie de détenus a fait son apparition en nombre dans les prisons françaises : le djihadiste, soldat de Daesh.
À la différence des enquêtes de police et des instructions judiciaires, qui cherchent à rassembler des faits et établir des preuves, ce livre s’intéresse aux idéaux et fantasmes avec lesquels ces combattants justifient leur engagement dans un parcours où se mélangent l’idéalisme le plus utopique et les pires violences.
Pour écouter les paroles de ces détenus d’un genre particulier, il est nécessaire de se détacher provisoirement de tout jugement moral. Au fil de ses entretiens, Guillaume Monod, pédopsychiatre, a constaté que le rapport des djihadistes à la religion n’est pas tant théologique ou politique que mythologique, car l’État islamique incarne un mythe qui plonge ses racines aussi bien dans la géopolitique contemporaine que dans l’histoire millénaire de l’islam.
Deux questions parcourent cet ouvrage : Qu’est-ce qui pousse ces jeunes Français à partir, au péril de leur vie, pour un pays dont ils ignorent tout, à commencer par la langue ? Quelles ressources peut-on mobiliser face aux recruteurs d’une cause qui valorise aussi bien la fraternité et l’altruisme que les exécutions sommaires et les attentats-suicides ?
Guillaume Monod est psychiatre, docteur en philosophie ; il travaille dans une maison d’arrêt en région parisienne.