Fairy queen

Invitation à déjeuner chez Gertrude Stein, pour celle qui, Fairy queen ou Super sœur, ne stocke rien, à la différence de certains, Robinson par exemple, ce bavard des livres précédents. Robinson qui, tout seul dans son île, passe son temps à imaginer que tout compte, que chaque chose compte et qu'il faut la garder, qui passe son temps à calculer le taux d'abandon de chaque endroit pour savoir s'il peut y habiter un peu abandonné, mais pas trop. Non, plutôt l'imagination, vitesse et ralentis, plutôt passer au neuron'art, au vocal-en-relief art. Au théâtre direct-brut. 'On trouvera un nom plus tard, vaut mieux dire tout simplement Ce sont des poèmes'. Elle va avoir du mal à avaler, la Gertrude...