La Femme qui attendait

Véra est l'un de ces êtres que Dostoïevski appelait "héros de l'extrême frontière". Engagés à corps perdu dans leur quête spirituelle ou amoureuse, ils se débattent à la limite de la folie mais aussi de la vérité souveraine. Celle, charnelle et cosmique, qui exprime le dense mystère de leur vie, si humble d'apparence.La folie de Véra est d'attendre l'homme qu'elle aime, de refuser l'oubli, d'arracher à la solitude les âmes abandonnées par ceux qui préfèrent oublier. Mais surtout de garder l'espérance. Malgré tout.De la rencontre avec cette héroïne de "l'extrême frontière", nous sortirons transfigurés, illuminés par l'intensité de son amour, de sa foi.