Marcher (Eloge des chemins et de la lenteur)

Marcher (Eloge des chemins et de la lenteur)

« Marcher de nos jours, et surtout de nos jours, ce n’est pas revenir aux temps néolithiques, mais bien plutôt être prophète », écrivait Jacques Lacarrière. Revisitant une réflexion menée il y a une dizaine d’années, David Le Breton constate que le statut de marcheur a beaucoup changé. Aujourd’hui la marche s’impose comme une activité de loisir. L’imaginaire contemporain se réfère plutôt à l’idée de disponibilité et à la nécessité pratique d’entretenir son corps.
L’auteur refonde ici son récit dans les témoignages et les philosophies de la marche, il redit avec bonheur que marcher est avant tout un long voyage à ciel ouvert dans le plein vent du monde et dans la disponibilité à ce qui advient, que tout chemin est enfoui en soi avant de se décliner sous nos pas et que la marche ouvre à chaque fois à une expérience et à une transformation heureuse de soi.