Variations sur le libertinage. Ovide et Sollers

Variations sur le libertinage. Ovide et Sollers

L'étymologie latine du nom a le mérite de nous renseigner sur l'essence du libertinage. On découvre en son cœur l'idée directrice de liberté qui implique le passage d'un état à un autre, celui d'esclave à homme libre. Il y a à la racine du libertinage le principe premier d'affranchissement, un libertin serait donc avant tout un individu qui a su briser les chaînes qui l'entravaient. Le dérèglement des mœurs qu'on lui attribue de nature n'est en fait que la conséquence directe de cette double libération, autant de corps que d'esprit. Pour reprendre le mythe épicurien du clinamen, on pourrait comparer le libertin à cet atome libre dont la course dérivée contredit la pluie régulière et ordonnée de la matière.