Contes et libelles

Quelle audace sous la plume d’un auteur ministre de la Culture, même déchu de son poste! Les récits de Contes et libelles mettent à mal les prétentions de la bureaucratie et soulignent les travers d’un régime qui ne sait plus où il va. Que penser de Ma-le-Sixième qui meurt de ne jamais avoir obtenu de poste de chef? De ce professionnel de la parole qui passe du bégaiement à l’aphasie, son silence le conduisant à une célébrité toute de vent? La mélancolie aussi est présente, les rêves qui bientôt se confondent avec les souvenirs, l’amour avec la liberté absente.

Tour à tour lyrique et parodique, Wang Meng nous ouvre les portes de la Chine contemporaine et dépeint, avec humour, notre vanité de mortels.